[iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/page.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fevents%2F162387447719249%2F&tabs=timeline&width=500px&height=0&small_header=false&adapt_container_width=false&hide_cover=false&show_facepile=false&appId » width= »500px » height= »0″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true »]

La loi pénale étant d’interprétation stricte, on peut se demander dans quelle mesure l’article L3421-4 du Code de la santé publique s’oppose à la description objective de tous les effets, y compris hédoniques et thérapeutiques des drogues classées illicites.